Qui, quand, comment, pourquoi; le savez-vous ?

Vie privée, protection des renseignements personnels, confidentialité, renseignements nominatifs, données sensibles, privilège d’accès à l’information confidentielle

Bonjour,

Aujourd’hui, exceptionnellement, je m’adresse davantage à la population en général qu’à vous collègues archivistes. Je profite de cette tribune sur le Web pour rejoindre les gens qui ne savent pas très bien ce qu’il en est de la confidentialité.

À tous les deux ans, les archivistes médicaux du Québec tiennent une campagne de sensibilisation à la notion de confidentialité. Cette année, les activités se tiendront dans la majorité des établissements du réseau de la santé et des services sociaux du Québec pendant la semaine du 19 au 26 novembre 2006.

Je vois, j’entends, je me tais; la confidentialité une question d’éthique professionnelle” c’est le thème retenu par les archivistes médicales pour la campagne de sensibilisation 2006.

En effet, tous les professionnels que vous côtoyez en situation de besoin de services de santé ou de services psychosociaux, sont tenus au secret professionnel par leur code de déontologie, sinon par la loi. De plus, l’ensemble des employés des établissements de santé et de services sociaux y est aussi tenu d’emblée. Dans ces établissements publics, les archivistes médicaux sont généralement présents. Ainsi, il y a de façon continue, de la sensibilisation et de l’éducation aux notions de confidentialité et de respect de la vie privée.

Qu’en est-il de la vie privée en dehors de réseau de la santé ? Il suffit de s’asseoir dans une salle d’attente, d’aller magasiner un cellulaire par exemple pour qu’on nous demande des renseignements très confidentiels. De plus, dans plusieurs endroits, nous devons répondre à ces questions à travers un panneau dont j’ignore la matière, qui assure la protection de la personne qui nous accueille. Vous voyez un peu le scénario. Savons-nous toujours qui sont les personnes autour de nous à ces moments-là ? Elles voient, elles entendent, elles font quoi par la suite de cette information ?

Alors j’invite tous les établissements de santé privés ou publics, les commerces qui doivent colliger des renseignements de nature sensible dans leur base de données afin de fournir un service au client, j’invite ces établissements à aménager un espace à l’abris des oreilles qui attendent autours. Mais d’abord, comme citoyen, client, usager peu importe le chapeau qui nous coiffe dans ces circonstances, pourrions-nous exiger ce respect de notre fournisseur ?

Je vois, j’entends et je réagis ! C’est ma démarche pour les deux prochaines années, qui ne dit mot consent dit-on ?

Bonne semaine !

France Desrosiers, a.m.a.

Questions, commentaires, réactions à ce texte, par ici

Pour participer au forum de discussion, inscription ici

Pour annuler votre inscription au forum de discussion, ici

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.